B. Paul Tshuma: Apprendre à écouter

Écouter, c’est pouvoir être changé par l’autre personne. 

Alan Alda
B. Paul Tshuma dirige la chorale depuis sa chaise dans une église. Il y a un orchestre qui joue des instruments derrière le choeur.
B. Paul Tshuma dirigeant le United Tribulation Choir

B. Paul Tshuma est un poète, musicien, chef d’orchestre et conférencier publié et maintenant, un ancien de Sync Canada.  Paul raconte comment l’encadrement de Sync a changé sa façon de penser et sa pratique et a recentré son attention sur les personnes avec lesquelles il travaille.

En tant qu’ancien directeur du United Tribulation Choir, j’avais une vision claire de la façon dont je voudrais qu’un morceau de musique soit façonné et chanté.  En tant que conférencier spécialiste de la motivation ou consultant en accessibilité, je voulais également inspirer les gens à changer leur façon de penser et leur pratique en partageant mon histoire.

J’étais d’avis que le leadership nécessitait de la patience, et que pour changer ou s’améliorer, les gens devaient pratiquer.  Dans le cadre du leadership Sync, l’accent mis sur le mentorat a jeté un éclairage différent sur la façon dont je pourrais considérer les personnes avec lesquelles je travaille dans les domaines de la musique, de la motivation et du conseil.  J’ai pu voir comment j’ai essayé de rallier les gens à ma façon de penser et de faire pour un monde plus juste, plus représentatif et plus accessible.

Imposer ma vision de la façon dont les choses devraient être dans le monde, en particulier une vision artistique ou ajuster les mentalités ou la conception architecturale pour une société plus juste, est une façon de le faire.  Mais il s’agit surtout de mon histoire, de ce que je veux voir se produire, en lien avec mes valeurs, mes passions et mon but.

Ayant pris la parole à de nombreuses reprises sur un podium de motivation et ayant écouté différents intervenants, je me suis demandé quel était l’impact que j’avais.  Nous oublions souvent que les personnes assises juste en face de nous peuvent avoir besoin de plus pour apporter des changements.

Grâce aux encadrements de Sync individualisés et dans le groupe plus large, j’ai changé de perspective.  En particulier, grâce à la pratique de l’écoute active et du lâcher prise de mon histoire, j’ai réalisé que les gens doivent trouver leurs propres solutions en réponse à ce que je partage.  C’est ainsi que les gens seraient plus activement engagés et donc plus motivés à changer.

Pour ce faire, ils devaient trouver leur propre histoire dans le contexte d’une représentation commune, d’un travail de collaboration ou d’une allocution publique afin de permettre davantage de changements pour eux-mêmes et pour les autres.

L’encadrement de Sync a changé mon approche pour devenir un meilleur leader, en m’aidant à mieux me connaître par la pratique de l’écoute active, et en posant, ou en permettant aux autres de me poser, des questions.  Le dialogue avec les groupes et les équipes avec lesquels je travaille a dû évoluer pour passer de la confiance en moi qui sais comment ça doit être, à la confiance que les autres ont leurs propres solutions.  L’utilisation d’un questionnement habile est une partie importante de mon travail pour aller de l’avant, menant à la mise en commun de solutions pour obtenir de meilleurs résultats.

Mon objectif est maintenant de réfléchir aux différents messages que je veux faire passer à travers la musique, l’écriture et les conférences, et de m’intéresser au rapport des gens au contenu en posant des questions.  Le leadership, je le comprends maintenant, consiste à être curieux de l’autre : en savoir plus sur mes auditoires, leurs expériences, leurs références culturelles et ce que sont leurs histoires, et comprendre que ce que je leur donne est une chance de réécrire leurs propres histoires en relation avec les miennes.

Cela semble être une approche complètement différente et passionnante.  Je suis motivé pour approfondir cette question et j’envisage de suivre une formation de mentor pour développer davantage mes compétences afin de pouvoir écouter plus profondément les gens dans tout ce que je fais.

En fin de compte, ma prière est de laisser à ceux avec qui je travaille – musiciens, architectes ou auditoires – quelque chose qui leur permettra de créer leurs propres histoires en réponse à la mienne, leur permettant de poursuivre leur propre cheminement vers le succès, accordé par Dieu.  Quant à moi, je vais travailler avec la poésie pour continuer à remettre en question tout ce que je peux dans le monde qui m’entoure.

Qu’en pensez-vous?

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *